Audrey Jougla - Comment parler de l'expérimentation animale aujourd'hui ?

Que savons-nous des expériences sur les animaux aujourd'hui ? Beaucoup d'idées reçues, souvent très manichéennes, et finalement pas grand chose. Et à moins de travailler dans la recherche, il est peu probable que vous rencontriez un jour ces animaux de laboratoire, pourtant au nombre de 2,2 millions par an en France.

Comment parler de l'expérimentation animale alors ?
Quatre réponses seront envisagées en montrant à chaque fois leurs points forts et leurs limites. Quels sont les pièges ou les écueils à éviter sur cette question ? Cela dépend-il du public visé ou non ?
À travers ces 4 manières de parler des animaux de laboratoire, un panorama percutant de cette réalité vous sera livré par l'auteure de l'enquête "Profession : animal de laboratoire".

« Profession : animal de laboratoire » est paru aux Éditions Autrement.
Vous pouvez lire le premier chapitre en ligne : www.animaldelaboratoire.com

Prise de notes de Géraldine

Audrey Jougla
Comment parler de l'expérimentation animale ?

Qu'est ce que l'expérimentation animale ?
Question morale / technique / de société

Pas juste légitimité scientifique
Définition : tester sur animaux protocoles ou substances pour prévoir toxicité ou innocuité.
Concerne environ 12 millions d'animaux dans l'UE par an depuis une dizaine d'année (varie selon les espèces)

Rapports de la commission européenne :
Lapin dans laboratoire n'est pas régit de la même marnière que lapin domestique = devient un animal spécifique

Grande majorité en UE : souris puis rat (3 quarts à eux deux) puis toutes les espèces peuvent être utilisées, chiens, chats, vaches, faune sauvage sauf les grands singes.

Objectifs des expériences :
46% recherche fondamentale (on ne sait pas ce que c'est)
19% recherche et développement en médecine humaine et dentisterie
Intitulés qui ne sont pas clairs.

4 angles d'approche pour parler de l'expérimentation animale.
- Science
- Ethique
- Droit
- Emotion

Angle scientifique (antidote europe + pro anima) :

1. S'attaquer à la pratique par sa principale justification de nécessité théorique
On laisse entendre qu'on ne peut pas s'en passer. Les asso sur le terrain scientifique disent qu'il faut se méfier de ce discours. Impossible de savoir si on aurait pu faire autrement = découverte vraiment lié à la recherche sur les animaux ?
Découverte est-elle liée à l'expérimentation animale ? Sans doute qu'on peut faire autrement de nos jours.

2. Etre à armes égales avec chercheurs = argumenter sur le terrain rhétorique des chercheurs
Nous ne sommes pas des rats de 70kg
Montrer des cas où il y a eu des échecs.

3. Etre écouté du grand public en lui parlant de sa santé
5 à 25% des substances nocives pour les êtres humains le sont aussi sur les animaux.
Aspirine n'aurait pas été découverte avec le protocole de dose létale sur des rats

4. Introduire les motivations financières des laboratoires et remettre en cause une vision philanthropique de l'expérimentation animale
Amortissement du médicament
La recherche sur les animaux est mercantile
Peu de recherches faites sur les cancers pédiatriques parce que pas suffisamment rentables.
Pourquoi les labos travaillent-ils plus sur certaines maladies ?
Souffrance animale à mettre en perspective avec surproduction des médicaments (nouveaux médocs sans nouvelle molécule avec nouvelles expériences avant mise sur le marché)
Logique commerciale des laboratoires
Expériences sur les animaux ne sont pas mutualisés entre laboratoires car sont concurrentiels (n'est pas le cas pour les tests sur humains). Pourrait éviter les expérimentations redondantes d'obliger la mutualisation.

Pan commercial de l'expérimentation !

5. Proposer des solutions scientifiques concrètes
ex vivo
in silico
in vitro
organes par puce

Les problèmes

- Considérer que seuls les scientifiques sont légitimes
- Traiter du cas par cas pour chaque maladie
- Dire que le tests ne sont pas efficaces (donc serait légitime si c'était efficace?)

Conditionnement des chercheurs : fait partie de leur culture
Chercheur changera plutôt de labo plutôt que de remettre en cause les pratiques cruelles
Qui peut réellement affirmer que c'est inutile sur tous les protocoles ? Parkinson ou Alzheimer sont par exemple des maladies pour lesquelles on invoque souvent l'impossibilité de méthodes alternatives (ce qui dans les faits est faux)

Pas efficace donc pas justifiable ?
Recherche fondamentale ne peut pas être remise en question car on cherche pour chercher (ce n'est pas de la recherche appliquée)

Parler de l'expérimentation animale par l'angle juridique. Pourquoi ?

1. S'attaquer à une pratique par son encadrement légal
ex : ne pas laisser d'eau dans les cages des singes (car eau utilisée comme une récompense)

2. Poser la question : a t-on le droit ?
Il n'y a pas de contrôles inopinés, pas d'inspections.

3. Eviter les abus
Comment avoir les preuves et donc dénoncer l'inégalité

4. Permettre à la législation d'évoluer
Point de vue assez welfariste
ex : taille de cage pour les rongeurs qui a induit plus de coût financier (manutention, litière) ==> les labo ont préféré baisser le nombre de rongeurs

1. Une législation de façade
Comment dénoncer ?
Comités d'éthique qui ne servent à rien car essentiellement des chercheurs à 2 personnes près qui sont nommées les candides.

Ces comités sont obligatoires avant facultatif pour soumettre protocole mais chercheurs affirment que cela ne changera pas leurs pratiques (pour 75%)

Points limites par exemple quand on fait de la recherche sur la douleur

Difficile de savoir quand les animaux ne vont pas bien car état chronique de souffrance..

Acteurs en plus des laboratoires : fabricant de litière pour laboratoires (SAFE), matériel pour les expériences comme les plaques chauffantes (braintree scientific)

Douleur chronique, continue pour les animaux.

Quand on dit que les animaux de labo sont bien traités : faux, ils peuvent y être frappés, surtout s'ils ne coopèrent pas, insultes, phrases du type "tu vas voir ce que tu vas prendre aujourd'hui"

Nivellement éthique se fait pas le bas au niveau de la législation. Bcp d'expériences qui ne sont pas nécessaires à la santé humaine (pour les primates depuis 2013 expériences possibles uniquement si nécessaire à la santé humaine).

Grands singes sont épargnés parce qu'ils nous ressemblent, pas pour des questions scientifiques. N'est-ce pas l'aveu que l'expérimentation animale est immorale ?

3. Sous entendre que si le droit devient trop contraignant, les expériences se feront ailleurs

C'est une réalité. Par exemple labo suisse qui est allé en chine. Mais ne peut pas être un critère car sinon plus de progrès juridique possible.

4. Argument de l'esclavage

On ne peut pas entériner une pratique problématique

Ne plus considérer une pratique une fois qu'elle est encadrée = revient à accepter l'expérimentation si elle est encadrée. Ce n'est pas parce que c'est légal que c'est moral.

Parler de l'expérimentation animale par l'angle éthique

Pourquoi ?

1. S'attaquer à une pratique par sa moralité

Principe clair = instrumentalisation de l'infériorité d'autrui pour en retirer bénéfice pour la communauté de celui qui expérimente. (orphelins, prostituées, handicapées, prisonniers, juifs) "Autrui peut être cobaye"

2. De quel droit fait-on cela ? (et pas dans quelles conditions)

Argument "l'homme est supérieur"
Permet d'évacuer toute la charge de culpabilité sur les chercheurs.
Ce qui revient constamment à mettre en avant la supériorité humaine "de toute manière ils ne se plaignent pas"
Si on est supérieurs, on a un devoir de prendre soin du plus faible (comme sont protégées les personnes âgées, handicapées) On doit protéger la vulnérabilité. Notre société n'est pas régit par la loi du plus fort. Pourquoi restaurer la loi du plus fort ?

L'animal est suffisamment proche de nous pour des expériences de psychologie : ces expériences ne repoeant-elles donc pas sur une similitude de souffrance psychologique ?

3. Reconnaître le problème posé par l'expérimentation animale qu'elle que soit sa finalité ?

Souvent les gens disent OK pour les médocs non pour les maquillages
Mais beaucoup moins clair que cela
Quid des additifs alimentaires ? recherche militaire ? pesticides ?
Pas d'application en recherche appliquée
Ethique permet de questionner pratique dans sa globalité

PARLER DE L'EXPERIMENTATION ANIMALE PAR L'ANGLE DE L'EMOTION
Le plus efficace selon Audrey Jougla comme angle d'approche même si déconsidéré.

1. S'attaquer à une pratique violente par sa violence
Ne pas travestir la réalité ou changer le vocabulaire
Montrer la réalité telle qu'elle est, ne pas travestir la réalité.
Vision majoritaire de la pratique de l'expérimentation animale = cuicui
Fondamental que les gens se rendent compte de quel degré d'horreur on est en train de parler cf chaise de travail / contension. Sémantique de la coopération
On parle de test plutôt que d'expérience
Ex : le singe s'affame pour ne pas lever la tête pour rattraper la nourriture (utilisé pour bloquer sa tête dans la chaise de travail)
Toxicologie est très cruel.
Limite laissée au jugement des chercheurs
Peut aller jusqu'à la disparition totale de l'oeil du lapin.
Mettre des images en face de la réalité.

ex de singe ouvert au niveau du crâne : connecter le cerveau directement pour comprendre ce qui s'y passe

2. Introduire de l'empathie
Renverser les situations : que feriez-vous à leur place ? comment vous sentiriez-vous ?
Chercheurs font tout pour ne pas se mettre à la place des animaux

Débat scientifique permet d'évacuer cette réalité : de quoi parle t-on ?
Rappeler ces images avant de pouvoir avoir un débat sur l'expérimentation animale.

Insister sur la transcription de la réalité.

Beaucoup de personnes disent qu'il faudrait évacuer l'émotion : grande erreur dont l'expérimentation animale pâtit.
Gens sont beaucoup plus réceptifs à l'angle émotionnel, ce n'est pas un biais militant mais la réalité de ce qui se passe.
"Et si c'était vous?"
Comprendre la souffrance que l'on inflige aux animaux

Parler de l'expérimentation animale par le témoignage
Compliqué... cf gens qui changent de laboratoire
Infiltrer les laboratoires.
Questionner le conditionnement
Crédibilité de la parole des chercheurs

PROFESSION : ANIMAL DE LABORATOIRE
Association "animal testing" pour infiltrer les laboratoires

Pesticides, brûlures, lessive, pansements, additifs alimentaires = liste de ce qui est testé bien plus long que uniquement médicaments.
A force de véhiculer des photos de souris de laboratoires en forme, on réalise pas la réalité comme par exemple 11 ans de cage pour un singe qui sort uniquement pour les expériences.
Rappeler que l'eau et la nourriture sont des récompenses.

Problème de rappeler que certains médocs ont des effets secondaires : induit que cela n'aurait pas été grave si cela avait marché. Permet aux chercheurs de respecter le protocole (essais sur animaux puis sur personnes saines puis personnes malades) = parade pour se protéger.

Subventions publiques qui sont attribuées uniquement à des labo qui respectent des protocoles qui induisent des recherches animales. Pas de subventions pour les labos qui utilisent des méthodes alternatives (mais des prix)

Pas de cartographie des labos,des lieux d'expérimentation

Progrès depuis l'ICE de 2015 (initiative européenne)

Jamais de contrôles dans les laboratoires ==> pas de préoccupation d'une intrusion externe (sauf les 2 candides sur 15 membres du comité d'éthique).
Animaux à la merci totale
Même vétérinaires uniquement là pour vérifier que les animaux tiennent le coup.

Problème des méthodes alternatives : chercheurs diront que cela n'existe pas en recherche fondamentale dont le protocole est sa propre finalité (ex : protocole qui vise des choses très précises sur les animaux).

Difficile de connaître les méthodes alternatives pour en faire part dans une discussion.

INRA travaille sur les animaux de rente pour les adapter à l'élevage (faire plus de viande, tomber moins malade).

Directive européenne interdit expérimentation sur espèces protégées.

Possibilités d'expérimenter sur des grands singes avec accord de dérogation si le protocole explicite que le grand singe ne peut pas être remplacé par exemple sur un chimpanzé.

welfarisme : si on diminue le nombre de fouets, on justifie l'esclavage.

Recherche fondamentale sert souvent objectif personnel (besoin de publication, reconnaissance par les pairs)
Enjeux commerciaux et de carrière dans l'expérimentation animale !

Révéler ce qui se fait, rappeler que ça se fait à proximité de chez nous, au coeur de certaines villes.

Ecrire / observer / faire le profil des personnes qui travaillent dans des lieux où des animaux sont mis à mal ? cf écrits sur Claude Bernard.

Regarder les notices des manuels de contention des animaux.

En fonction de l'utilisation de l'animal, ne relève pas de la même législation.
Animaux de laboratoires sont très souvent potentiellement des animaux de compagnie (pas de différence d'espèce pourtant !)

Poissons zèbres très utilisés car sont transparents, permet de voir leurs corps (notamment pour polluants).

Pour les antispécistes qu'est-il tolérable de faire comme expérimentation pour étayer nos propos ?
Chercheurs tentent de faire passer de l'éthologie (souvent petit zoo) pour de l'expérimentation animale. Hors étude des comportements n'est pas de l'expérimentation. Des observations peuvent se faire en milieu naturel. Captivité toujours gênante.

Recherche sur humains : quid du classisme ?
Limite : 4500 euros max par an pour éviter que des gens précaires y recourent
Problème d'un consentement qui n'est pas assez éclairé.
Protocoles peuvent se faire sur des personnes malades en fin de vie.
La rémunération est problématique (vie est monaitisable).
Y a t-il des alternatives à l'essai sur les humains ? avant commercialisation, il faut cohorte tests. Méthodes alternatives proposent une alternative à la phase 1 sur animaux pas aux phases suivantes.

Dénoncer aussi société de consommation avec proposition de nouveaux produits comme par ex shampoings qui ont été testés. Avons nous besoin d'un énième produit ? idem pour les médicaments. Animaux victimes directes de ce système de consommation capitaliste.

Infiltration = nerf de la guerre
Pour recensements :
Beaucoup de facultés font de l'expérimentation animale. Les hôpitaux ont des animaleries pour faire des expériences, idem pour les écoles vétérinaires, INRA... : trouver les lieux d'implantation. Demande du temps...
Peut être une pression pour les laboratoires.

SANOFI ne possède plus de singes. Ils sous traitent à des laboratoires publics. Ont fait ce choix suite des actions contre SANOFI.
Chaque action permet d'avoir une visibilité dans la presse locale.
Cibler des expérimentations qui vont parler au grand public (en termes d'injustifiable)

Téléthon/AFM financent des recherches qui induisent protocoles de recherche sur des chiens (avec des chiens lot témoin de la maladie sans les traiter). Golden retriever notamment développent une forme de myopathie proche de celle des humain-e-s.
Honnêteté du téléthon serait de dire qu'il y a des recherches faites sur des animaux.

Audrey a vu recherche appliquée et fondamentale mais pas de recherche sur animaux pour améliorer vie d'autres animaux mais existe.

Règles des 3 R (réduire, remplacer, raffiner par rapport à la douleur = euthanasier quand l'animal souffre trop. Problème pour certaines maladies comme polyarthrite où pas possible de réduire la douleur)

La valeur qu'un individu accorde à sa propre vie ne diffère pas d'un animal à un autre.

Angle scientifique toujours ramener à une nécessité d'où dernier bastion de la libération animale d'où importance de semer le doute en montrant la cruauté

Ce n'est pas manichéen, ce n'est pas la vie d'une souris contre la vie d'un-e enfant

Utilisation des animaux par objectifs d'expérimentation en UE:
Les intitulés sont flous, ce qui ne nous permet pas de savoir quelles recherches sont vraiment utiles... 46% "biologie fondamentale" (avec ou sans application sur la santé humaine ?) Polluants agricoles, pesticides... Est-on vraiment dans la médecine ?
Illusion que tout le diagramme représente la santé humaine.

Sortie du livre : beaucoup de rdv médias annulés (ELLE ; grand journal) car labo sont annonceurs (collusions d'intérêts encore plus importants que lobby de la viande)

Labo et chercheurs à force de dire que c'est encadré = peut-être laisse entendre que c'est fini...

SNES SVT a demandé abrogation du décret interdisant vivisection dans le secondaire.
Actuellement autorisé en fonction du choix du prof qui peut accepter ou non objection.
Y a des simulateurs pour les pilotes de l'air, pourquoi pas simulateurs pour les dissections.
Argument qui revenait souvent "rite initiatique" = cours de bio doit permettre confrontation avec la mort.

Depuis 2013 plus de tests en cosmétiques
PB : tests se font en toxicologie (changement de dénomination)
+ tests obligatoires en Chine donc marques présentent là-bas font nécessairement des tests.

Certaines marques ne testent pas mais n'ont pas le label car serait compliqué...

Plusieurs logos : lapin, peta, one voice

Certaines marques de lessive comme Rainette et l'arbre vert revendiquent de ne pas faire de tests sur les animaux. Listings facilement accessibles sur internet pour connaître les marques qui testent...

Sensibiliser les étudiant-e-s dans les facs pour les soutenir aussi face à leurs profs.