Nicolas Bureau - Animalisme et Union européenne

Par Nicolas Bureau, militant animaliste, juriste en droit européen.

Le fonctionnement de l’Union européenne est souvent perçu – à raison – comme très complexe. Son droit et ses politiques publiques doivent s’articuler avec ceux de ses États membres, et les domaines sur lesquels elle peut intervenir sont limités. Parmi ces compétences, certaines touchent plus au moins directement aux animaux : agriculture, pêche, recherche ou environnement par exemple. Les institutions européennes peuvent – et elles l’ont fait – défendre les animaux mieux que les États, et surtout mieux que la France. Il y a deux raisons à cela : le volontarisme spécifique de l’UE sur ces sujets (qui est, malgré tout, loin d’être sans faille) et le poids des autres États, plus avancés, qui contrebalancent les positions réactionnaires de la France. Chaque acteur de l’animalisme gagnerait à se poser une question simple : comment agir pour les animaux à l’échelon européen ?

Événement Facebook